"Nous faire confiance est le premier pas vers votre succès"

 

 

     
Paris va créer une aide à l'installation des médecins en Secteur 1

 

Date de Mise à jour: 04-11-2014

 

A l'occasion de la session du Conseil de Paris du 20 au 22 octobre 2014, Anne Hidalgo va présenter une communication sur la santé dans la capitale. Celle-là comporte une disposition qui aurait été inimaginable, il y a seulement quelques années. La ville va en effet instaurer une aide à l'installation des médecins en secteur 1, ou plus précisément à "l'installation de nouveaux professionnels de santé de proximité en cabinets regroupés". En pratique, la ville va mobiliser son parc foncier "afin de faciliter l'accès à des locaux à des prix abordables, en contrepartie d'un engagement de la part des professionnels à s'implanter localement dans la durée (via des baux de 9 ans) et à mener des actions de santé publique sur le territoire parisien (prévention, dépistage, participation à la permanence des soins ambulatoires, éducation thérapeutique...)". Les détails du dispositif - élaboré conjointement avec le conseil de l'Ordre des médecins, l'agence régionale de santé, la CPAM et la région Ile-de-France - devraient être soumis au Conseil de Paris de mars 2015, pour une mise en œuvre dès le premier semestre de l'an prochain.

Aucun généraliste ne s'est installé à Paris au premier semestre 2014

Malgré une densité moyenne de professions médicales très nettement supérieure à la moyenne nationale, les difficultés d'accès aux soins ne sont pas nouvelles dans la capitale. Elles ont, par exemple, été mises en évidence par l'étude "Demomed", réalisée par des internes des trois départements de médecine générale des facultés de médecine parisiennes, avec le concours de la CPAM (voir notre article ci-contre du 7 février 2014).
Il ne s'agit pas à proprement parler d'un problème de démographie médicale - au moins pour l'instant -, mais plutôt de disparités dans l'accès aux soins. Ainsi, seuls 58% des praticiens parisiens sont inscrits en secteur 1, contre 88% en moyenne nationale. De même, la densité des médecins généralistes est très inégale selon les territoires. Cinq arrondissements parisiens présentent en effet une densité inférieure à la moyenne nationale (les 10e, 13e, 18e, 19e et 20e).
Par ailleurs, si le problème démographique n'est pas immédiat, il pourrait bien le devenir à moyen terme. La communication d'Anne Hidalgo relève ainsi que la moyenne d'âge des médecins généralistes parisiens est de 56,2 ans et que 36% ont plus de 60 ans. Certains arrondissements pourraient dès lors perdre jusqu'à 50%, voire 60%, de leurs généralistes en secteur 1. Or, selon le conseil de l'Ordre, aucun médecin généraliste ne s'est installé dans la capitale au cours du premier semestre 2014.

Un soutien aux centres de santé et aux maisons de santé

Si elle en est l'aspect le plus spectaculaire, l'aide à l'installation des omnipraticiens en secteur 1 n'est que l'un des trois volets du plan préparé par la ville. Le second volet prévoit en effet de "renforcer l'offre existante en centres de santé". La capitale compte à ce jour six centres de santé municipaux et environ 90 centres de santé associatifs. L'objectif est de généraliser, d'ici à 2015, l'ouverture des centres municipaux jusqu'à 19h en semaine, initiée en 2013. La ville va également soutenir les projets de création de centres associatifs. En liaison avec l'ARS et la CPAM, elle va poursuivre l'effort de coordination de l'activité des centres, en relançant, dès cet automne, le "comité de pilotage des centres de santé".
Le troisième volet concerne l'accompagnement des projets de maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP). Celles-ci sont aujourd'hui au nombre de six et treize autres sont en projet ou en développement. L'appui apporté par la ville prendra la forme d'une aide à l'identification de locaux, d'un soutien à l'investissement et d'un appui méthodologique. La communication de la maire de Paris précise également que "le soutien en investissement pourrait éventuellement être complété dans le cadre d'un partenariat avec la Caisse des Dépôts, laquelle a exprimé son intérêt pour un possible dispositif foncier".

 

Jean-Noël Escudié / PCA

Renseignement

Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter :

Par téléphone :

Mme Bérengère BRY l 06.18.73.23.51

Mme Carla MACHADO l 06.03.81.00.65

Ou par courriel :

contact@auxilia-recrutement.com